top of page
Rechercher

Respirer pour souffler…


Apprendre à respirer pour se sentir mieux.



De prime abord, respirer semble l’action la plus naturelle du monde. C’est pourquoi apprendre à bien respirer peut surprendre. Respirer paraît tellement naturel, voire automatique. Nous respirons sans y penser car l’action de respirer est gérée par le système nerveux autonome. Cela n’est pas une raison pour négliger notre respiration !


On le sait tous l’oxygène est vital pour nos organes car il les débarrasse des déchets et il leur apporte de l’énergie. Mais maîtriser son souffle serait essentiel pour notre équilibre mental et notre faculté à lutter contre le stress, réguler nos émotions, nous recentrer, nous relaxer. Bien souffler permet un esprit apaisé. La respiration agit sur le corps et sur l’esprit, permettant même de les reconnecter entre eux.


De multiples bonnes raisons de bien respirer :

o Pour se détendre et se recentrer

o Pour chasser les angoisses ; de bons exercices de respiration peuvent aller jusqu’à diminuer certains symptômes de la dépression

o Pour une meilleure gestion de ses émotions : le souffle fait baisser la tension, régule les émotions et le stress

o Pour rester en bonne santé car le souffle décuple les capacités physiques et mentales

o Pour régénérer ses cellules et éliminer les toxines accumulées dans notre organisme

o Pour limiter l’inflammation

o Pour agir sur le système autonome : freiner ou stimuler le système nerveux parasympathique ; accélérer ou stimuler le système nerveux sympathique.


Deux sortes de respiration : abdominale et thoracique

Si la respiration est instinctive à la naissance, notre façon de respirer peut changer avec notre propre construction personnelle, d’une part, et les situations auxquelles nous sommes confrontés, d’autre part.


Une majorité de personnes respirent à l’envers : elles poussent le ventre vers l’avant à l’expiration tout en étant voûtés. En cas de stress, on oublie souvent de bien respirer au lieu de donner de l’amplitude à son souffle, d’où cette sensation désagréable d’oppression.


Trop souvent, nous respirons par la partie haute des poumons. Il est alors impossible de respirer à fond. La respiration par le thorax ne permet pas d’utiliser l’intégralité de nos capacités respiratoires. En respirant de la sorte, la fatigue se fait ressentir plus vite.


Le ventre est un véritable allié pour une bonne respiration. Il faut donc réapprendre la respiration abdominale. L’amplitude respiratoire passe alors à 70 % contre 30 % lors d’une respiration thoracique. Le diaphragme est alors mobilisé : en s’abaissant à chaque expiration, il agit sur les abdominaux et les viscères et, en remontant à l’inspiration, il effectue un massage profond qui évacue les tensions.


Cette respiration est celle des bébés de manière instinctive et des chanteurs d’opéras.


Astuce : Inscrivez-vous dans une chorale pour travailler sur votre respiration sans en avoir l’air !



La respiration en sophrologie

En sophrologie, la respiration est un outil fondamental utilisé pour développer la confiance en soi. Le souffle étant le miroir de nos émotions, la respiration est un bon indicateur de notre état émotionnel.

En séance, le sophrologue vous guide pour découvrir votre respiration, en prendre conscience et apprendre à vous en servir.


Il y a 4 temps dans la respiration dont la durée varie en fonction de nos besoins physiologiques en oxygène, nos émotions, etc. :

1- L’inspiration

2- Apnée poumons pleins

3- Expiration

4- Apnée poumons vides


Le sophrologue vous apprend que de façon volontaire vous pouvez jouer sur la durée de ces 4 temps lors d’exercices de respiration. Il vous initie à une respiration consciente et contrôlée aux multiples bienfaits. Vous apprenez à écouter vos ressentis.


Le travail sur la respiration impacte positivement sur le rythme cardiaque, le système digestif, le sommeil et le système immunitaire et permet d’équilibrer notre système nerveux autonome et de mieux gérer notre stress, nos émotions et notre capacité de concentration.


Dès les premières séances, le pratiquant ressent bien-être et lâcher-prise.


Respirez, ça va aller !


Une bonne respiration est un outil bien-être à la portée de tous.


Allongé, assis ou debout les pieds bien ancrés dans le sol, posez une main sur votre ventre et l’autre sur votre poitrine pour sentir le trajet de votre respiration. Soyez dans le moment présent et ressentez votre corps, votre intérieur. Accordez-vous ces quelques instants. Inspirez profondément par le nez et expirez plus longuement par la bouche. Faites sortir un maximum d’air en contractant les abdominaux. La main posée sur votre ventre suit la contraction tandis que celle de votre poitrine reste immobile. Prenez le temps, quelques minutes par jour, ne serait-ce que d’avoir une expiration deux fois plus longue que l’inspiration, les effets sont bluffants et rapides. Une bonne respiration nettoie ainsi le cerveau, élimine plus de gaz carbonique et diminue la micro-acidification du corps qui est à l’origine de toutes les inflammations.


Ce sur quoi il faut travailler :

· Être attentif à sa posture et faire des petits ajustements tout au long de la journée : position des épaules, crispations (mâchoires, épaules, sourcils, etc.). Se tenir droit pour donner le plus d’espace possible à sa cage thoracique mais sans se raidir bien entendu. Se redresser tout simplement.


· Respirer par le nez ! Notre nez sert à filtrer, humidifier et réchauffer l’air qui pénètre dans notre corps. Apprenez-le à vos enfants avant qu’ils ne prennent de mauvaises habitudes. La restauration d’une bonne respiration nasale permet même d’améliorer la qualité de vie des asthmatiques.


· Bien s’hydrater tout au long de la journée car quand on se déshydrate, on a du mal à respirer. Sachez que lorsque vous avez soif, cela indique que vous êtes déjà déshydraté…

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page