top of page
Rechercher

Vivons au rythme des saisons ! Profitons de l’hiver pour nous ressourcer !


Vivons au rythme des saisons !

Profitons de l’hiver pour nous ressourcer !

En France, l’hiver entre en scène au solstice d’hiver, le 21 décembre de chaque année pour tirer sa révérence à l’équinoxe de printemps, le 21 mars. Rares sont ceux qui plébiscitent cette saison froide qui rime souvent avec fatigue et dépression saisonnière. Cette période est d’autant plus difficile à traverser sereinement que notre société moderne nous enjoint de continuer à vivre à la même cadence effrénée 365 jours par an, nonobstant le carrousel des saisons.


Nos ancêtres, à l’instar de la faune et de la flore, acceptaient cet état des choses imposé par la Nature et adaptaient leurs activités à l’hiver. Notre société d’aujourd’hui nous pousse à snober l’hiver à coups de radiateurs, de lumières artificielles, de vitamines chimiques, de boissons dites à tort « énergisantes » et autres subterfuges pour tenir le cap de la rentabilité sur tous les niveaux de notre vie, professionnel et personnel. Nous vivons dans un cercle vicieux qui ne supporte ni la lenteur ni le repli. Pourtant, ne ressentez-vous pas en ce moment le besoin de ralentir sur tous les plans, de vous replier sur vous-même, de vous lover dans un endroit douillet, de boire et manger chaud ?


Cela est NATUREL et, plus qu’un droit, ce temps de l’hiver et les variations qu’il induit nous sont nécessaires, voire salutaires. À agir « contre Nature », nous ne faisons que nous épuiser et mettons en danger notre bien-être physique et moral et à terme notre santé.


Notre corps exprime clairement que nous sommes tributaires des saisons. Ne dit-on pas couramment que la Nature est bien faite ? Alors écoutons-la ! L’Hiver est une période de récupération et de maturation. Cette saison est celle du repos ressourçant et de l’introspection.


En médecine traditionnelle chinoise (MTC), l’hiver et cette notion de repos sont très importants. En effet, notre attitude pendant cette saison conditionnera notre forme pour la nouvelle année à venir. En hiver, nous devons capitaliser l’énergie dont nous aurons besoin pour les trois saisons suivantes qui sont des saisons d’activité et d’action. C’est en hiver que nous rechargeons nos batteries. Une partie de notre énergie sera consommée quotidiennement bien entendu mais le « surplus » sera mis en réserve.


La médecine chinoise repose sur le principe général de l’équilibre du Yin et du Yang qui se retrouve dans toute chose. Le Yin représente le côté passif : ombre, froid, lenteur, intuition, etc. ; le Yang, le côté actif : action, chaleur, ensoleillement, extérieur, décision, etc. L’équilibre entre ces deux forces est pour les Chinois sans cesse en mouvement et évolue de manière cyclique au rythme des saisons. Le Yin atteint sa plénitude en hiver. De ces deux principes, le Yin et le Yang et l’alternance des saisons découlent des recommandations en matière d’hygiène de vie. Pour que notre corps soit en pleine forme et santé, nous devons vivre au rythme des saisons. Un proverbe chinois dit qu’il est aussi dangereux de ne pas se reposer en hiver que de ne pas dormir la nuit !


Pour la MTC, chaque saison est associée à un ou plusieurs organes. L’hiver est la saison des reins. Il s’agit des reins énergétiques qui englobent les reins mais aussi les surrénales et les organes sexuels.


Prendre soin de soi en hiver est un principe crucial en MTC :


- Lever le pied, faire des pauses, équilibrer les moments de travail et de repos,


- Dormir plus, aller se coucher avant 23 heures. En MTC, on dit que les heures de sommeil avant minuit comptent double !

- Éviter toute activité éreintante ou exagérée au niveau sportif, social, professionnel (si possible…) et même sexuel. Privilégier des exercices modérés et réguliers.


- Respirer pleinement. La respiration est un des piliers de la MTC. Marcher en pleine nature. - Prendre du temps pour soi : massages, bains chauds, sauna, méditation, yoga, lecture, etc.


Vous l’avez compris le mot d’ordre en hiver : se ressourcer.


Le système immunitaire et l’immunité : notre muraille de Chine contre les agressions extérieures


Notre corps travaille constamment à maintenir notre équilibre intérieur malgré les variations de notre environnement. Nous sommes programmés pour rester en bonne santé.


Le système immunitaire a pour mission de protéger notre organisme contre les envahisseurs étrangers ou dangereux. On peut schématiser le système immunitaire en se représentant le corps humain comme une forteresse avec des remparts. Quand il y a une agression (bactéries, virus, parasites, facteurs pathogènes, climatiques, etc.), il y a un combat ; notre corps se défend.


Notre système immunitaire est très sophistiqué. Nos défenses immunitaires sont constituées de quatre filtres successifs :

- La peau et les muqueuses

- Le système lymphatique

- Le système sanguin

- Le système hormonal (glandes surrénales)


L’immunité innée ou acquise est un ensemble de phénomènes contribuant à maintenir l’intégrité de notre organisme et assurer sa récupération/guérison après à une agression.


En médecine chinoise, l’énergie défensive est notre armée de défense immunitaire et elle est produite en grande partie grâce à l’alimentation. Cette approche diététique à visée préventive, voire curative a également été mise en avant par le père fondateur de la médecine occidentale, Hippocrate.


Hippocrate : porte-parole de l’importance d’une alimentation saine


« L’alimentation est ta première médecine. » ou « Que l’aliment soit ton médicament ! », cette citation a largement été attribuée à notre bon cher Hippocrate. Baliverne !


Pour l’anecdote, un peu de culture générale : Jacques Jouanna, professeur émérite de littérature et civilisation grecques à l’Université de Paris-Sorbonne et spécialiste de la médecine Grecque a démenti l’origine de cette citation. Hippocrate ne pouvait pas parler de médicament car le terme de médicament n’a été inventé qu’en 1314 !


Peu importe, cela ne change rien au fait qu’Hippocrate fut le premier en Occident à mettre en avant l’importance de l’alimentation pour la santé et la prévention des maladies. Dans son ouvrage « De l’aliment », il met en avant 4 principes alimentaires :

1- La digestion est une cuisson des aliments ;

2- Pour faciliter la digestion, il est préférable de manger des aliments cuits et des végétaux ;

3- Le corps est composé d’éléments ou d’humeurs qui déterminent le tempérament de la personne ;

4- Manger une nourriture équilibrée, c’est-à-dire des aliments correspondant à son tempérament. Aussi, classe-t-il les aliments en fonction de leur correspondance avec les 4 éléments (eau, terre, air, feu) qui correspondent aux 4 tempéraments définis par la « théorie des humeurs » (lymphatique, mélancolique, sanguin et colérique).


La MTC n’est finalement pas si éloignée des préceptes des origines de notre médecine occidentale. Mais notre médecine conventionnelle s’en est quelque peu éloigné, emportée par la prescription de médicaments à tout va, justement…


L’apport de la MTC : boostez notre système immunitaire par l’alimentation


La MTC a une approche originale permettant d’avoir une compréhension différente de nos déséquilibres et de nos maladies.


Cet angle de vue différent de celui de l’Occident nous apporte un éclairage nouveau et complémentaire. Le connaître et pourquoi pas se l’approprier au quotidien peut enrichir notre quête de bien-être au sens général du terme.


En diététique chinoise, à l’instar de ce qu’est supposé avoir dit Hippocrate, on utilise les aliments comme un médicament. Médecine avant tout d’équilibrage où la notion d’Harmonie est importante (Yin et Yang), la MTC peut être utilisée à des fins préventives et boostez notre énergie défensive que constituent notre système immunitaire et notre immunité.


Une bonne alimentation est toujours à l’origine d’une bonne prévention quelles que soient nos prédispositions génétiques. Depuis des millénaires, en Chine, les notions d’alimentation et d’énergie sont intimement liées. Selon les principes de la MTC, l’énergie se puise à trois sources : les gènes, l’alimentation et la respiration. Si nous ne pouvons rien faire par rapport à nos gènes, nous pouvons contrôler notre alimentation et notre respiration.


Voici quelques règles de base extrêmement simples à mettre en place. La ligne directrice de ces règles est de faire attention à sa digestion car une mauvaise digestion épuise l’organisme.


1- La modération


D’une part, privilégier une alimentation légère et frugale, sans excès : ni trop salée, ni trop sucrée, ni trop pimentée.


D’autre part, manger « un peu moins que sa faim ». Les Chinois ont observé que pour bien digérer, il est conseillé de laisser un peu de place dans l’estomac. Les Japonais pratiquent également cela.


2- Boire et manger chaud


Il est conseillé de toujours finir un repas par une boisson chaude. Traditionnellement, en Chine, on mange la soupe en dernier.


3- La lenteur et la mastication


Ainsi, nous facilitons la digestion pour une meilleure production d’énergie défensive.


Il faut toujours attendre d’avoir faim pour remanger, entre 4 à 5 heures en général. Sans compter que manger avec envie stimule la digestion.



Remarque : On comprend le souci du grignotage car on se trouve alors dans un état de digestion permanente entraînant la surchauffe de notre système digestif et l’affaiblissement par voie de conséquence de notre système immunitaire. Sachant que le grignotage est souvent en lien avec les émotions et n’a rien à voir avec le fait de s’alimenter.


4- La régularité


Pilier de la digestion, la rate aime la régularité. On aide la rate en mangeant à heures fixes ; le corps est ainsi prêt à recevoir sa nourriture.


Ne pas manger trop tard, l’idéal étant d’aller dormir avec la digestion quasiment terminée (2 à 3 heures après le dîner). Les Anglais et les pays nordiques marquent un bon point à ce niveau-là !


5- En pleine conscience et de bonne humeur


On profite du repas pour manger en pleine conscience. On se pause, on apprécie le moment et ce que l’on mange.


On prête attention à ses émotions et à son humeur car elles ont un impact sur la digestion. Si vous êtes en colère, votre repas risque de mal passer. Si vous êtes triste, vous pouvez ne pas avoir envie de manger.


Si les émotions jouent un rôle dans le bon fonctionnement de notre système digestif, il s’avère qu’elles ont aussi un impact sur notre système immunitaire.


Le système immunitaire et les émotions : les pensées influencent-elles notre système immunitaire ?


Deux proverbes chinois illustrent très bien notre propos : « Chaque coup de colère est un coup de vieux ; chaque sourire est un coup de jeune. » « Sourire, c’est rajeunir de 10 ans ; s’attrister, c’est se faire des cheveux blancs. »


Quand on est en proie au stress, la digestion et le système immunitaire en pâtissent.


Comme tout, il faut une juste mesure. Les émotions peuvent être saines, si elles sont passagères. Si elles s’installent, restent bloquées, les problèmes apparaissent dans notre corps. S’il y a un déséquilibre des émotions et que le stress devient chronique, la capacité de l’organisme à s’en sortir peut être débordée et la maladie risque d’apparaître. Le mal-être est toujours un message à prendre en compte : quelque chose doit changer. Il faut être attentif aux signes précurseurs.


La plupart d’entre nous réalisent l’importance de l’alimentation dans le bien-être et la santé mais oublient souvent de faire le lien entre émotions et mal-être, sujet de la psycho-neuroimmunologie.


La psycho-neuro-immunologie a effectué des recherches prometteuses mettant en avant une étude qui relie les sentiments aux troubles physiques. Les émotions à l’origine de la plupart des problèmes de santé seraient selon cette étude : être critique, en colère, avoir du ressentiment, se sentir coupable, être accablé par la honte, dévoré par un chagrin profond, vivre dans l’angoisse ou la peur.


Les pensées et les émotions influencent le système nerveux qui lui-même a un impact sur le système immunitaire.

Les pensées stressantes, tristes jouent un rôle sur les nerfs et le système immunitaire, mais les pensées joyeuses, amusantes le font aussi. Alors cultivons les pensées revitalisantes toute l’année bien sûr mais il est bon d’y prêter encore plus attention en cette saison hivernale où il est plus facile de se laisser aller à la déprime. On se concentre, on sourit à la vie et on positive !


L’hiver avec ses longues nuits et ses basses températures peut susciter en nous une « Peur » qui est l’émotion de cette saison en MTC. L’excès de fatigue, voire l’épuisement, le surmenage sont propices à l’émergence de peurs intérieures. Plus on est fatigué, plus on est sensible au stress et aux peurs irraisonnées. La « Confiance » est l’émotion positive qui est l’antidote de la Peur. La confiance est d’ailleurs l’émotion qui, en MTC, nourrit nos reins et les renforce.


Il est important de nettoyer les conflits non réglés, prendre conscience et transformer ses pensées et émotions restrictives.


Cherchez le calme mental. Préparez, sélectionnez les graines de votre vie à semer quand le printemps reviendra !


L’hiver est la saison de l’introspection. Cette saison nous invite à cultiver la tranquillité, la patience, la réflexion. Moment idéal pour se mettre à la méditation dans le silence, faire le point sur vos objectifs et vos aspirations pour les mois à venir.


Si notre corps veille en permanence à conserver notre équilibre intérieur physique et mental, il arrive que le corps ait besoin d’une aide extérieure et là, un coup de pouce peut s’avérer opportun. La sophrologie et le Dien Chan peuvent contribuer à trouver ou retrouver une vie équilibrée, à soulager les maux physiques, psychiques, émotionnels ou relationnels. Deux ou trois séances peuvent libérer vos émotions, vous apporter bien-être physique et psychologique voire réguler certains dysfonctionnements du corps. Pensez-y si vous en ressentez le besoin. Contactez-moi, je vous orienterai vers la discipline qui répondra le mieux à vos besoins.


Soyez acteur/actrice de votre vie. Prenez soin de vous


11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page